Infrastructures urbaines : 70 chantiers qui auront coûté 205 M$ à Montréal en 2014

https://jbourbonnais.files.wordpress.com/2014/12/logo-info-travaux-ville-de-montrc3a9al-2014.png?w=380&h=120Le bilan 2014 des travaux de la Direction des infrastructures de la Ville de Montréal révèle que a réalisation de 70 chantiers – dont 51 nouveaux projets – s’est traduite en 2014 par un investissement réel de 205 millions de dollars pour la réfection des infrastructures urbaines.

Du même coup la Ville rappelle que, dans le cadre du Programme montréalais d’immobilisations (qui planifie pour dix ans), elle devra investir massivement pour améliorer l’état des infrastructures.

C’est la première fois que ce bilan est déposé si tôt, moins d’un mois après la fin des travaux.

Par le passé, il fallait attendre l’année suivante.

Infrastructures de surface et souterraines

L’investissement en travaux d’infrastructures de surface et souterraines fait un bond énorme de 56 % par rapport à 2013.

Cette somme a permis de rénover trottoirs, chaussées, égouts et aqueducs.

Parmi les projets d’envergure qui se poursuivront en 2015, on retrouve :

  • le projet Sherbrooke Est entre Saint-Germain et Charlemagne (17 M$);
  • le projet Papineau entre Ontario et Mont-Royal (12 M$);
  • et le projet Pôle Frontenac où des travaux majeurs ont été exécutés sur Ontario, entre De Lorimier et Lespérance (10M$).

Le projet de réaménagement du carrefour Henri-Bourassa/Pie-IX, un chantier phare de la programmation 2014, vient tout juste d’être complété, huit mois plus tôt que prévu et de surcroît avec moins de dépenses que prévu : 49 M$ plutôt que les 54 M$ budgétés.

Rappelons que ce projet visait à transformer radicalement l’ancien échangeur, de type autoroutier, en un carrefour urbain à échelle humaine. Le nouvel aménagement du carrefour offre à présent un cadre de vie plus attrayant aux résidents, aux piétons et aux usagers du transport collectif du secteur.

Nouvelles règles dans l’octroi des contrats

L’administration Coderre affirme qu’elle constate des améliorations dans le déroulement du processus d’octroi des contrats.

https://jbourbonnais.files.wordpress.com/2014/12/logo-autoritc3a9-des-marchc3a9s-financiers.png?w=780On remarquerait en effet la présence de nouvelles entreprises sur le marché (22 entrepreneurs différents – dont 11 nouveaux) et une hausse du nombre d’entreprises accréditées par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) (de 32 à 43).

Rappelons que depuis le mois d’octobre, les entreprises obtenant un contrat de construction ou de services professionnels d’une valeur de 100 000 $ et plus, de même que certains sous-contrats d’une valeur égale ou supérieure à 25 000 $, devront avoir obtenu une autorisation préalable délivrée par l’AMF.

Perspectives 2015

Pour freiner la dégradation des infrastructures urbaines, la Montréal prévoit injecter, en 2015, un montant total de 270 M$, incluant une somme de 50 M$ pour réaliser des activités de planage et de revêtement l’an prochain.

De plus, la Ville prévoit une somme de 4,7 M$ dans son budget de fonctionnement pour l’entretien de la chaussée, soit une augmentation de 1,2 M$ par rapport à 2014.

Nouveau réseau artériel

Rappelons que le nouveau réseau artériel entrera en vigueur le 1er janvier 2015 avec la mise en vigueur de la Réforme du financement des arrondissements.

Les chaussées seront alors réparties selon un nouveau modèle faisant passer le réseau artériel de 24 % à 52 % du réseau routier municipal.

Cela signifiera que les normes en matière de travaux de voirie seront établies par la ville centre, en tenant compte des besoins de chaque secteur, dans une vision cohérente de la Ville.

Quant aux travaux de réfection des rues artérielles, ils seront dorénavant financés par le Programme triennal d’immobilisations (PTI).

 

Source :

 

En complément :

 

 

Ce qu’ils ont dit :


« Je suis satisfait du taux de réalisation obtenu pour la gestion des chantiers en 2014. Cette année, nous avons atteint un taux de réalisation de 90%, un écart somme toute minime entre nos prévisions budgétaires et l’investissement réel. Dans l’esprit du Programme montréalais d’immobilisations, un outil de planification des projets sur un horizon de dix ans,  nous devrons investir massivement pour améliorer l’état de nos infrastructures. Nous avons amélioré nos pratiques en matière de gestion des impacts, accéléré le rythme des travaux et augmenté notre taux de réalisation des travaux. Consciente de la nécessité de mieux communiquer sur la nature, les raisons et les échéanciers des chantiers, notre Administration entend bonifier ses actions de communications dans la nouvelle année et continuer d’interagir avec transparence et ouverture. »

Lionel Perez, responsable des infrastructures au comité exécutif de la Ville de Montréal

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :